Lettres Touchées (extrait)

 

Lumière et clarté
à l’aube du toucher
au soir des mots
haut bois perdu le navire
couché sur le flanc des fleurs
fleurs qui ne connaissent pas de nom
loin des tiges héron

Nomination
d’un monde de silence
des bandelettes de peau sous l’écrin des ongles
la peau qui respire comme un orge

Va

va main

dégrever l’orbe de douceur

au seuil des capuchons de groseilles
 

 

(extrait de Lettres Touchées, 2003, Pierron)