Quel était avant ta naissance

 

Quel était avant ta naissance
Ton visage
Je l’ai connu je sais
Où je ne me souviens plus vraiment
Est-ce ta lumière qui m’aveugle
Ou mes ombres jouant au peintre
Dans le clair-obscur de mon cœur
Je sens mon être qui s’enfuit
À ton appel imperceptible
Saurai-je donc jamais
Le premier jour de notre amour
En fait il m’en importe peu
Les jours appartiennent aux jours
Comme les rêves à la nuit
Reste plutôt sur mes paupières
Que tes pas s’enfoncent encore
Dans le sable de ma mémoire

 

 

dans L’Athanor des poètes – Le Nouvel Athanor. 2011.