Le visage, quand on parle de lui

 

le visage
quand on parle de lui
avec le corps

avec le corps nu
pour le dire

on ne s’en lasse jamais
il y a un véritable festival d’étincelles

et de légers chaos dans le langage
pictural qui ne cesse jamais

de se réinventer
dans le sens

d’une plus grande musicalité

mais dans le sens d’une ouverture
émue sur le monde