Poèmes

 

En-deçà du visage,

            ton amour me rassemble        
sur l'archipel de mon esquive

                        Ses continents          
                        s'emboîtent
                       comme un jeu d'enfants         en questions-nuages...

            Terre mouillée de sa lumière
           que l'insoutenable tendresse
           de ton regard    

            C'est une eau qui m'interroge
           dans le clair-obscur trop proche
           de ton visage...                                                        

            Fondu enchaîné   j'ignore ce qui fait suite
                       à la naissance des images...

            Une fenêtre, une maison peut-être ?

                        un quelque chose d'inexploré encore                                  

                                        une  marge             limpide                                              

                        C'était entre nous gardé         le cœur de la nuit,                                                                 

                        conque
                       ou conique

                        Un amour sans raison             s'y était accompli                      

                        Le regardant s'émerveille :

                                                                       la vue nouvelle,
                                                                      l'esprit ailleurs...

                        Je ne sais pas ce qui va suivre
                       Les mots s'agitent dans leur  
                       coquille folle

                                                           Qui les rencontre ?

                        On nous oublie...

                        Je naquis de ne jamais vraiment te connaître           

                       

 

 

***

 

 

 

Je m'aventure dans les allées de ton silence
Jardins ouverts
Scène conjugale

J'imagine tous les passages du vent,
Sa main sur la nuque de tes non-dits
Ce débord estival de la beauté
Entre les lignes de tes yeux

Ton front se plisse comme une histoire
Je me surpris à t'observer
J'errai longuement dans le jardin de ton silence

On tourne une page,
Et l'épisode se déplie dans la nuit chaude.

Ce jour-là
Tu ne portais pas la robe qui t'allait si bien

Mais seulement le début d'une joie

 

 

 

***

 

 

 

Un couple, c'est quoi ?

Un cou, et la pluie d'un regard,
Ce regard indécent qui descend sur tes seins

La vieillesse se regarde dans un miroir
Les balcons bordés de leurs géraniums acariâtres
S'abstiennent de tout commentaire

Il pleut sur le cou de nos années
Un cou très long de cygne blanc

                        Qui se redresse en interrogeant.

                        Mes années se regardent dans un miroir
                       Et font descendre leurs mains sur tes hanches,
                       Un bassin très large où flottent des cygnes blancs.

Un couple, c'est quoi ?
Un cou, et la pluie d'un regard

 

 

 

***

 

 

 

Une bouche se pose
Sur l'entre-deux ouvert par ton hésitation.

La tendresse est discrète aux abords de la pose
Je me laisse dériver par ta grâce fragile.

J'appuie peu de choses. Quelques mots seulement.
L'aventure se dénouera dans l'ordre consenti.

A peine une aiguille, tissant l'étoffe perdue
Du vêtement qui tient ensemble les deux bouts
De notre nudité, de notre joie.

Je cherche le nord de ta méditation
Et je me prends, moi aussi, à hésiter.

A te relire, à te réinventer.

 

 

 

***

 

 

 

Je voudrais faire quelque chose
De cet instant qui ne va nulle part.

Laisser les pieds nus de mes pensées
Fouler sa lame, avant l'éveil.

Le soleil affleure à la surface
Des peaux et des paupières.

Un temps donné, pour rien.

Le monde n'est pas encore aveugle
D'une action qui viendrait l'entreprendre
Dans ses filets

Vitre embuée de la conscience,
Vite, vite...

Parsemant ses projets et prodiges,
Ses garrigues spongieuses.

Illusion d'optique ?

Le mouvement m'éclaire d'un possible altéré.