Matin

 

Dans la terre lentement
pénètrent des taudis grisâtres.

Sous le gel, à distance,
            ils brillent tels une cité d’argent.

Des chiffons sur les balustrades
sont les bannières des exclus.

Sur le trottoir un camion bleu
attend sa couche de peinture.

Parmi ce qui est disposé
on dispose du non-disposé.

Loin des rêves s’affairent les gens.

Des enfants farfouillent
dans une benne à ordures.

Sur un charreton un tsigane charge du papier.

Une bouteille de vin, vide, en main,
un poivrot s’en va vers le libre-service.

Des manœuvres sont passés à bicyclette, ils allaient vers la tuilerie.

Comme à la surface du soleil
derrière la fenêtre palpite la folie.

Exilé du paysage
un dément fouille parmi les quintessences.

 

Traductions de 
Liljana Huibner-Fuzellier
&
Raymond Fuzellier