Visite amoureuse

 

Tu es de retour avec tes trois chats,
tu as apporté des mûres vénéneuses cueillies à l’arrière du monde,
et d’autres cadeaux, des choses mises au rebut,
afin d’étaler tes cheveux sur mes papiers,
sans dire un mot, dépravée, luxurieuse.

Avant d’entrer, pour éviter que je te reconnaisse,
tu as pressé le nez contre le carreau de la fenêtre,
puis, de la main, caressé la poignée de la porte,
dès tes premiers pas tu déboutonnais ta première
robe, à la seconde, à la troisième, à la quatrième,
tu as arraché les boutons, tout détricoté,
jusqu’à être disparue toute entière.

 

Traductions de 
Liljana Huibner-Fuzellier
&
Raymond Fuzellier