Le sanctuaire

 

Il ne suffit pas
de mourir une fois
ni d'aller à ton refuge
accompagné de basilic
Il ne suffit pas
de dire au monde :
« ôte de toi cette terre
et avance en silence
ô toi
mon autre visage »
Il ne suffit pas
de porter chaque jour le ciel
ni d'être une idole
pour conduire les poètes
de guerre en guerre
puis dormir sans chant
Il ne suffit pas
d'immoler un oiseau vert
à l'honneur des morts
Il ne suffit pas
que tu jettes la femelle
avec tes restes de nostalgie
Il ne suffit pas
de piller
tes propres rêves
Il ne suffit pas
de dire :
« Je suis mort
Je suis mort »

Traduit de l’arabe par  Abdelhadi Saïd et l’auteur