Un monde plus fort que le reste (extraits)

La mort n’existe pas
Ici
Personne ne la craint

C’est Mourir que l’on déteste

En cette belle nuit

Nuit comme il y en a peu

Belle et rare
Nuit

 

De l’exil

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Accompagne-moi

Accompagne-moi

Aux confins de la solitude

Goûter la force
De la vie

(De la mort)

Tu n’auras plus peur

Tu verras

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Faire naître cette source
En laquelle
Seul
Je dois
Aller

Seul

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Devant toi ma limite
Derrière une projection
Devant une projection

Même autour

Devant toi mon mur
Infranchissable flou
Qui non plus ne se contourne

Derrière il n’est plus de terre qu’hydrolat

Et moi

Cet écho frappant la brique des trois façades

Et moi les deux pieds
Ici
Ancrés

Sachant que je ne peux
Franchir

C’est pourquoi je franchirai

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Traverser la matière
Dense et pressante

Double Sud magnétique

Visiter enfin la terre de Mourir
Qui t’effraye plus que ton propre secret

Et après avoir bu l’âcre liquide
La déchirer encore

Non pour parvenir
Pour rejoindre la route qu’il te faut inventer

Toucher chaque extrême en chaque point

Chaque point en chaque mot

Chaque mot noir de sang

 

 

          Mais de racines alaires