Bint Jbeil*

 

Mes métaphores, mes images, mes allégories étaient alitées, brisées et malades.
Et moi, désoeuvré
A l’aube, effondré devant la télé, j’essayais de prier pour ceux qui défendent Bint Jbeil.

(Comment prie-t-on quand on ne croit en rien ?)

Dans quelques instants, l’aurore dévoilera les morts
Et moi je rejoindrai mon lit, anéanti par l’ampleur de ma dette
Vis-à-vis de ceux qui ont hissé l’aurore comme un jour de plus sur les collines de Bint Jbeil.

 

 

*Petite ville du sud du Liban devenue symbole de la résistance libanaise après la bataille de 2006.

Extrait de Je me lèverai un jour, anthologie poétique
établie et traduite de l’arabe (Palestine) par Antoine Jockey