Cette chanteuse

 

A Feyrouz

Il croit encore que cette chanteuse l’a bercé de son chant de rossignol et veillé sur son chemin avec la vigilance de l’amante, plus qu’un bataillon de tantes, plus que ses grands-parents, plus que sa mère et son père.

Il croit encore qu’avec sa voix, elle lui a appris plus que toutes ses institutrices, plus que ses longues et épuisantes lectures dans les arbres, dans les livres et dans le lit de ceux qui l’ont précédé sur cette terre.

Comment aurait-il pu - sans cette chanteuse - captiver sereinement les âmes de ceux tombés en voulant libérer l’aurore dans leur pays ?

Il n’est certainement pas sorti de la matrice de sa mère
Il croit encore que cette chanteuse - sans qu'elle le sache - l’a enfanté de sa gorge !

 

 

Extrait de Je me lèverai un jour, anthologie poétique
établie et traduite de l’arabe (Palestine) par Antoine Jockey