Poèmes

1.

 

 

Il y a tant de silence
dans ta photo floue
que j’en perds le Nord.
Et je fixe ce papier glacé
que tu ne voulais pas
je guette un signe
dans l’Immobile.

 

 

 

***

 

 

 

2.

 

 

« Nous le voulons, nous l’aurons l’au-delà de nos jours ! » André Breton

 

 

Un jour
des mains croisées

enfin

tresseront
des couronnes
pour des rois et des reines
qui ne régneront
sur personne

 

 

 

***

 

 

 

3

 

 

 

 La pleine saison

 

 

Des femmes marchent
Et passent dans nos vies
Ou demeurent en nous
Comme un souffle au cœur

On dort sur le sable
De l’espace partagé
Mais le temps du plaisir
Est trop court

Et le chapeau vole
Emporté par le vent
D’été ou d’hiver

Tout est clair
Tout est là
Effacé et présent

Pour vaincre
     L’aigreur la tristesse
Atteindre la nostalgie
    Des vieux jours peut-être
Tout ce qui peut
                         Etre encore
Vivre pleinement aujourd’hui

 

 

 

***

 

 

 

4.

 

 

 

Sans rien dans mes poches

 

 

 

Sans rien dans mes poches
Je tourne en rond
Je perds mon temps
A marcher en rêvant
Somnambule éveillé
Cherchant ce que je suis
Peut-être rien du tout

Juste un cri
                  Mais non
    juste             un grognement
          Dans la houle du Temps
Près de femmes connues
Dans les souffles qui s’épuisent
A la même cadence
Dans les notes oubliées
De musiques jouées
Dans les paroles échangées
 Dans les mots perdus

Un jour un jour
Il y aura du sang partout
Ce jour
Il y aura de la douleur
Et le vent toujours
Qui emporte le Tout.

 

 

 

***

 

 

 

5

 

 

 

Le jour miroitant
            les lueurs d’un monde plié
        dans  les jardins
      des gens   marchent  l’hiver
  en  traînant de gros sacs
      et se parlent
                      en silence grelottant.

 

 

 

***

 

 

 

6

 

 

 

Que voir que voir
Qu’attendre de l’autre
L’animale aux aguets
Attentive et chaude
Putain et pucelle
Assoiffée en silence

Le sexe la tendresse
Son ventre et ses mains
Ses seins et sa bouche
Tous les plaisirs
Des merveilles de l’autre
Et le froid de l’absence

 

Le tout pour apprendre
Une écoute nouvelle
De ses pleurs de son souffle
La tristesse et le manque
La joie d’une attente
Pleine comme des cuisses

 

Le tout pour bricoler
Un dernier combat
La dernière image
Victoire du mourant
Dans le saut terminal
De l’instant fatal

 

 

 

***

 

 

 

7

 

 

 

Buttes de Paris où le ciel passe
Silence du printemps qui commence
Sourires d’eau pure cocktails colorés
Lèvres gourmandes d’instants chavirés

J’ai rué dans ton corps et dans ta vie
Jeté la fiche d’hôtel
        et gardé le reste

          la douceur de tes cuisses
          la chaleur de ta bouche
          l’accueil de tes seins
          les caresses de tes mains
          et le goût de ton sexe
             diamant de ta vie

   Quelques heures d’éternité
    marquées de nos chairs
          reviendront
  Si je viens de loin
     avec ma peur
      et
       un nœud à faire
         dans ta mémoire

          notre désir
                   simplement

              (         envoi :

         Tu m’as parlé et ta voix claire
         Tes yeux noirs ton corps tremblant
          Etaient là rien d’autre à faire
          Que de  t’aimer comme un dément

                                                   )

 

 

 

***

 

 

 

8

 

 

 

       Réveil

 

 

Silence humide aux paupières collées
Brumes matinales sur la terre alourdie
Un rai de lumière dans la chambre froide
Dehors les oiseaux pépient
                          Saluent déjà le jour

Ici
   l’idée de ton corps s’insinue
     et ta chevelure noire en fusion
       tes yeux anthracite intense
       animent les charmes obscurs
        des faubourgs d’une province
          que tu ne connais pas

Demain quand je serai  très vieux
je verrai encore ton visage
beau et triste comme une civilisation

Nous descendions l’escalier des catastrophes
 Et j’avais la conviction passagère
  d’une question informulée mais résolue
       (un secret
    qui m’a gardé
      quelque temps)

Silence humide
 l’idée de toi
   rai de lumière
     dans la chambre
       s’insinue.

 

 

 

***

 

 

 

9

 

 

 

Les peuples tombaient en cavalcade
  sous les regards
des puissants
et ça faisait
cris désordres et catastrophes
Ils se mettaient en terre
 et descendaient
au garde-à-vous
  (ou même pas )
et d’autres continuaient
 oubliant ce qu’ils furent.

 

Un grand silence
Dans les habitations
La terre craque
Bouche l’horizon

L’air empoisonne
Les poumons fatigués
Une parole calme sonne
Mais peu pour écouter

Un vieux sage médite
Dans un champ il s’assoit
Pauvre petit moustique
Nous rappelant la Loi

Il n’est qu’un zigouigoui
Pour les grandes tribunes
« Parle, mais il suffit
Tu comptes pour des prunes. »

Les petits colibris
Gentilles gouttelettes
Arrosent  l’incendie
Mais ne sont qu’Impuissance

Ils vont mourir aussi
Car c’est la grande vague
D’autres naîtront à demi
De pauvres  somnambules

C’est l’air qui empoisonne
Nos poumons fatigués
Des mots sages résonnent
Personne pour écouter

Et d’autres ont décidé
Les poisons dans nos corps
Pour leur avidité
Et cendres pour les autres

 

Nous n’irons plus au bois
Les arbres sont coupés
Nous n’irons plus au bois
Trop d’hommes ont déserté

Et d’autres ont décidé
Pour leur sécurité
Les poisons dans nos ventres
Et le feu et les cendres

Pour eux l’homme est de trop
Vivants ils sont factices
Et jouent au bonneteau
Avec de belles actrices

 

Nous n’irons plus au bois
Les arbres sont coupés
Nous n’irons plus au bois
Les hommes ont déserté

Les habitants de Pâques
Ont pu fuir par les mers
Mais l’espace est opaque
Plus de caches sur  terre

 

 

 

***

 

 

 

10

 

 

 

Tout est usé tout est usé
Le marcheur saigne des pieds

Tout est familier et futile
Tous les détours  sont inutiles

Ignoré le fondamental
« Penser global agir local »

Ils tuent la terre des enfants
Pas de couteaux entre les dents

 « Penser global Agir Local »
Toutes tous dans le même bocal

« Penser global Agir Local »
Disent aussi les multinationales

Mais c’est surtout pour leurs poches
Et tant pis pour les mioches

De là-bas d’ici ou d’ailleurs
On ne sème que du malheur

Et Cassandre est fatiguée
De n’être jamais écoutée

« Plus jamais ça plus jamais ça »
Pauvre slogan de trop de foi

Que de drapeaux et de flammes
En route pour un dernier drame

Tout est usé tout est usé
Et l’homme saigne des pieds

Bientôt ne restent que des soldats
Mercenaires ou pauvres gars

Pour mater tant de révoltes
Stériliser tant de récoltes

Affamer les pauvres et les vieux
Dans un fracas silencieux

Tout est usé tout est usé
Et l’homme saigne des pieds

Tout est cassé et stérile
Et tous les pleurs sont inutiles

Les survivants vont défiler
Une occasion de parader.

Voilà les tueurs de la Terre
A qui la foule est étrangère

 

 

 

 

Quand des hommes s’acharnent
sur la longue durée
pour freiner l’hécatombe
on reste assis là
atterré
sous un ciel bleu profond
qui cache
la tristesse immense
qui se répand
dans les poitrines sans écho