DE CHAQUE CICATRICE DE MON CORPS

 

Je suis un mendiant qui n’a pas le courage
de demander la charité pour lui-même.
Lignes et  blessures se croisent sur mes paumes,
dues à toutes les caresses inaccomplies
à tous les accès de fièvre sur mon front
et aux cavités illicites que ménage l’amour.

De chaque cicatrice de mon corps
émerge une vérité.

Je crois et décrois
Au rythme du jour, courant sans peur
vers les profondeurs de l’origine,
et tout autour de moi est mouvement :
La pierre devient une maison,
le rocher – un grain de sable.

Quand je cesse de respirer,
mon cœur bat encore plus fort.

 

                       Traduit par Patrick Lepetit