cette idiote stupeur

 

cette idiote stupeur
envers la nature
que tu as répudiée
ne te laisse pas en paix
citadin  
habitué au verre
au goudron
armé
jusqu’aux dents
d’amoureuse folie
tu cultives
une époque passée
sur tes rebords de fenêtres tes balcons
tes terrasses corrodées
par le smog
et ruminant
une amère nostalgie
tu vas paissant
par tes longs
dimanches
d’asphalte

 

Traduit de l’italien par Danièle Faugeras & Pascale Janot