Poèmes

            

 

L'eau

 

 

 

Les mots se serrent à tenter
sa transparence ou encore
la fluidité d'une ascension fulgurante
vers le bouillon de la phrase

 

Un dialogue s'enrobe circulairement
déplace les liaisons entendues
chante en continu sous la surface
que le soleil joue à lamer de plumes

 

Et parfois dans le regard intensifié
l'informulation de cette promesse exacte
courbe un peu le temps vers la crête
d'une vague alléchante    

 

 grand rire                 vers nous autres qui faisons face

 

la terre s'incline ou se dresse selon
laisse crépiter le rythme du souffle
qui sépare et assemble d'une seule
pièce le miracle de cette eau tendre
au pied des roches sous le soleil

 

(Ces silences baignent dans la mer
à la frange le commencement fait signe
qui n'est pas encore du poème)

Ce qu'il offrirait nous rassemble.

 

 

 

***

 

                      

le Feu

 

 

 

1.

 

                                   Privée d'appui,
                                  Mais un oiseau tout de même
                                  Cherche la réalité d'un feu
                                  Qui serait comme un roc et cela lui suffit

 

2.

 

                        Le creux c'est une direction
                       Dans le buisson le feu s'installe
                       Quand tu serres l'inimaginable de ta royauté
                       Le mot femme s'incendie de ton prénom.

 

3.

 

                                   Au creux de la haie l'intervalle trille
                                  Demeure de moineau

       Pour ta vérité

 

4.

 

                                   Ne pas séparer
                                  S'il reste le mot oiseau
                                  Qu'il vive dans le poème à attendre
                                  Le vol  dont tu es le cri

                                   Ne pas séparer
                                  Le matin le chant du coq rue de la gare

         Éveille aux lointains où rien en nous n'est séparé

 

 

 

***

 

 

 

                       Le point invisible

 

 

 

1.

 

Ne pas séparer, ne pas déranger l'instable
le déséquilibre du poids et de l'énergie
se résout dans le mouvement
condition de la beauté
Pour la toupie

 

        2.

 

La toupie distribue sur toutes ses faces
Gueules ouvertes grilles de chaux
Peuples silencieux
Qu'on parque dans des camps
Enfants dont on fait des bombes

Tournante elle chante aussi
La chaleur et la rose qui grimpe sur le mur
L'amour vrai parfois
Et ceux qui vivent pour ne pas gagner

Le point invisible d'où elle tourne peut être le poème.

 

 

 

Objets

 

 

 

Ciels
        pages
                     milans
chaise

Quelque chose désassemble
L'ordonnance du visible
Sous le pommier où j'écris

On ne sait le nommer
Cela entre avec moi
Sous la feuillée qu'infuse

Un sirop nouveau de chaleur

 

 

 

***

 

 

 

                       La joie

 

 

 

- Seule la joie sait 

Il faudrait laver les mots
Du poème à l'eau de cette phrase

Ainsi de
plus haut tomberait une vérité
Plus juste

Comme on ratisse
Lentement
L'allée du jardin

 

 

La joie encore

 

 

 

« - La joie sait » disait-il
et le sang  charrie un grand tumulte animal

…........

 

Si je ferme le livre sur cette lumière
Rien ne s'oppose au matin qui
Triomphe en moi
Au revers de l'aube qu'expulse
au dehors le chant de l'oiseau

          Ce deux de mars

 

Comme on serait rejoint par son propre visage

 

 

 

***

 

 

            La surprise

 

Après quoi la nuit d'un coup
noircit le linge sur le fil
sous la robe de percale
ses jambes sont du feu
des vaisseaux de stupeur
montent vers nos bouches
il a plu au jardin notre lit
reste un lit ainsi qu'on le
nomme

       Quelle splendeur
ont nos chances minuscules

 

Terrestres rien de moins enfin
ces corps-là qui se dépouillent
de leurs peaux sans intérêt

 

            Faire l'amour

 

       (…)

 

6.

 

A coup sûr les lions
Nous regardent encore
Avec bienveillance

Penchée sur moi
Tu glisses dans mon sang
La certitude de mon visage

 

mais trouble