à qui est la faute ?

 

 

… à qui est la faute ? À QUI EST LA FAUTE ? À QUI ?

la faute n’existe pas, LES FAUTES SONT EN AMONT,

À QUI EST LA FAUTE ? À QUI EST LA FAUTE ?

La faute de la faute de la faute de la faute

DE LA FAUTE DE LA FAUTE -----------

c’est une question d’IDÉOLOGIE, n’est-ce pas ?

c’est une question de POUVOIR, n’est-ce pas ?

c’est une question de MORALE, n’est-ce pas ?

c’est une question d’ORDRE, de CONTRÔLE,

n’est-ce pas ?

LA JUSTICE EST UNE QUESTION D’INTERETS,

N’EST-CE PAS ?

demanda-t-elle et on lui répondit

LA QUESTION EST AUSSI

CELLE-LÀ MAIS

ELLE EST

DANS LE

POINT QUI S’APPELLE SE RENDRE

qui s’appelle d’une autre façon to surrender

c’est là le point des temps qui changent

pour nous l’heure de changer les rôles a sonné  

et les visages tomberont sur les visages

comme les tuniques du dégoût coulent

et cédant, et cédant abandonnant  

ceux qui nous composèrent obtiendront de l’espace

lentement nous les reverrons riant à travers nous

nous dans notre magnifique sentence de lumière

comme des serpents tout en cercle

nous concluons le sens de la succession des temps.

 

Extrait de : Patrizia Vicinelli, Non sempre ricordano (1986).

(trad. Emilio Sciarrino)