désormais

 

désormais
écouter ce qui se trame
au sentiment du mot
advient
et
comme par magie
se retire outragé
du rivage ordurier
de n’avoir pas été respecté
ni entendu

dissonance de nos aspirations
et de l’état du monde.

arrache nos facultés de bonheur
et piétine sauvagement
le multiple, inutile, innombrable.
raisons
de ce que nul ne comprend
mais perçoit avec une  acuité impuissante 
disponibilité
effrayante

« il faudrait » brisant l’élan
contre la veulerie
obnubilée
par l’équilibre des comptes

la perte fait partie du profit
l’harmonie de cette existence
implique de lutter contre la désolation
coûte que coûte

une dette de vie à payer
à transmettre
qui nous retient de disparaître