Rassemblons donc puisque la nuit s’approche

 

Rassemblons donc puisque la nuit s’approche
nos hésitations & nos couteaux trop tôt
aiguisés sur la margelle des ponts

rassemblons nos vertiges au regard glacé
nos caresses au pied des arbres anciens
les bruines unissant nos lèvres & nos mains

rassemblons les herbes trop tard coupées
nos gestes inquiets au-dessus des tombes
les épis bruissant dans le crépuscule

rassemblons les sentiers qui se croisèrent
sur notre chair hivernale & blafarde
qui labourèrent l’énigme du dédale

rassemblons donc puisque la nuit se lézarde
nos armes & nos harnais & nos ardeurs
désunies & nos caprices funèbres

rassemblons les solitudes au faîte des arbres
les rancunes ralenties que nous avons graciées
nos ongles cassés en pétrissant l’amour

& ce n’est que justice car nous avons perdu
nos plus douces chansons dans le linge sale
nos plus coléreuses clameurs dans le gaspillage
des vents & des voyages dévastés
nos plus prudentes lectures des livres saints

& ce n’est que justice car nous sommes étrangers
bâtards dénudés flattant la cambrure
des voiles & la fugacité des bougies

 

 

extrait de Les Belles Choses – Paul Dirmeikis – Editions de L’Eveilleur (2014)