The Joys of Mathematics

 

At fifty I will begin my count towards the infinite numbers.

At negative ninety nine I will start my walk towards  the
                                 infinitesimally small.

At one over twenty  seven I will inspect the first bridgeworks.

At twenty two over seven I will write a message in a bottle, entrust  it to
                                 a sea turtle, slip under a wave and sleep.

At eighty seven sparrows will land on the windowsill, pecking a hole
                                 that leads inside my arm.

At 127 I will begin to arrange the children’s pillows, carefully filling
                                 each one with warm handfuls of snow.

At ten to the negative six our friends from the White House will arrive,
                                 handing out glass beads and broken shells filled with recently
                                 perfected poisons.

At the inverse square of sixteen the sky will curve over blue lakes, songbirds
                                 settle at dusk, a small train rattle off towards a village that leans
                                 against a single church spire.

At one over negative twenty two I will start to dream in Sanskrit, creating a
                                 swarm of brown ants to bring back a baby’s rattle from the
                                 edge of a mud slide.

At ten to negative two over three I will open my heart, letting go of all vanities,

right down to the wilted bones.

At the third transfinite number I will give up easy answers.

At e to the i pi the earth will bristle with skulls and weapons, dolphins will
                                 proclaim the first inter-stellar arms bazaar in Antarctica, the
                                 new born will drink only lead, the elderly will wander the moon
                                 in the quest for warmth.

At one I will open my eyes.

At zero I will put the key back under the mat.

 

 

 

Les Joies des Mathématiques

 

A cinquante, je commencerai mon compte vers les nombres infinis.

A moins quatre-vingt-dix-neuf, je commencerai à marcher vers l’infiniment petit.

A un sur vingt-sept,  j’inspecterai les premiers ponts.

A vingt-deux sur sept, j’écrirai  un message dans une bouteille, la confierai à une tortue marine, et me glisserai sous une vague pour dormir.

A quatre-vingt sept, des hirondelles atterriront  sur le rebord de la fenêtre, creusant du bec un trou menant à l’intérieur de mon bras.

A 127, je commencerai à mettre en ordre les oreillers des enfants, remplissant soigneusement chacun d’une chaude poignée de neige.

A dix puissance moins six, nos amis de la Maison Blanche arriveront, distribuant des perles de verroterie et des coquillages brisés récemment emplis de poisons parfaits.

Au carré inverse de seize, le ciel s’incurvera au-dessus de lacs bleus, les chants d’oiseaux se calmeront au crépuscule, un petit train passera  à  toute allure dans un bruit de ferraille, vers un village qui s’adosse contre l’ unique flèche d’une église.

A un sur moins vingt-deux, je commencerai à rêver en Sanscrit, créant un essaim de fourmis noires pour rapporter le hochet d’un bébé du bord d’une coulée de boue.

 

A dix puissance moins deux sur trois, j’ouvrirai mon cœur, m’affranchissant de toute les vanités,

 jusqu’aux os  fanés

Au troisième nombre transfini, j’abandonnerai les réponses faciles.

A  exponentielle de iπ, la terre se hérissera de crânes et d’armes, les dauphins proclameron t  le premier bazar d’armement interstellaire en Antartique, les nouveaux-nés ne boiront que du plomb, les vieillards  erreront sur la lune en quête de chaleur.

A un, j’ouvrirai les yeux.

A zéro , je remettrai la clé sous le paillasson.

 

 

Traduction en français : Marilyne Bertoncini