combien de temps combien de pages

 

combien de temps combien de pages
avant la blessure du soir
combien de pluies et de nuages
et de lumières disparues
les regards brillent dans les songes
comme des étoiles perdues
les voix s’éloignent sur la rive
comme un écho exténué
fidélité du paysage
au crépuscule des saisons
combien de pas combien de gestes
sous la poussière des instants
sous la musique renaissante
et la vertu du quotidien
combien de mots à fleur de lèvre
combien de silences criés
et de combats et de défaites
et de cicatrices cachées
le fleuve coule dans nos veines
sa mélodie recommencée
et s’élargit vers l’estuaire
de la dernière traversée
c’est la rosée de l’habitude
sur cette ride devinée
comme une larme renaissante
à chaque instant de la journée
combien de corps et de visages
à oublier quand vient le soir
et de minuscules naufrages
pour préparer au gouffre noir
à quoi bon la folie des sages
et le murmure des savoirs
combien de temps combien de pages
avant la vérité du soir
 

mars 2012