Abdellatif Laâbi

Abdellatif Laâbi est né en 1942, à Fès. Son opposition intellectuelle au régime lui vaut d’être emprisonné pendant huit ans. Libéré en 1980, il s’exile en France en 1985. Depuis, il vit (le Maroc au cœur) en banlieue parisienne. Son vécu est la source première d’une œuvre plurielle (poésie, roman, théâtre, essai) sise au confluent des cultures, ancrée dans un humanisme de combat, pétrie d’humour et de tendresse. Par ailleurs, il a traduit en français nombre d’auteurs arabes contemporains dont le poète palestinien Mahmoud Darwich. A. Laâbi a obtenu le prix Goncourt de la poésie 2009 et le Grand  prix de la francophonie de l’Académie française en 2011.

Parmi ses œuvres, publiées en majeure partie aux Editions de la Différence : L’œil et la nuit (2003) ; Le chemin des ordalies (2003) ; Chroniques de la citadelle d’exil (2005) ; Les rides du lion (2007) ; Le livre imprévu (2010) ; Le soleil se meurt (1992) ; L’étreinte du monde (1993) ; Le spleen de Casablanca (1996) ; Les fruits du corps (2003) ; Tribulations d’un rêveur attitré (2008) ; Œuvre poétique I et II (2006 ; 2010) ; Zone de turbulences (2012) ; Maroc, quel projet démocratique ?  (2012).

De leur côté, les éditions Gallimard ont publié son roman Le fond de la jarre (2002 ; collection Folio 2010).