Emilio Coco

Emilio Coco est né à San Marco in Lamis en 1940. Hispaniste et  traducteur il s’est attaché à faire connaître en Italie la poésie et le théâtre espagnol. Parmi ses travaux récents figurent notamment Antologia de la poesia basca (Crocetti, Milan, 1994), les trois volumes de Teatro spagnolo contemporaneo  ( Edizioni Dell’Orso, Alessandria, 1998-2004), El fuego y las brasas, Poesia Italiana contemporanea  (Sial, Madrid, 2001), Los poetas vengan A los ninos (Sial , Madrid , 2002 ), Antologia della Poesia corsa d’oggi  ( Ed.  dell’Orso , Alessandria , 2005 ) , Cinque poeti corsi (I  Quaderni della Valle, 2006) et Quel sussuro di nordiche erbe, Antologia della poesia lituana contemporanea (Levante, Bari, 2006), ainsi que des anthologies des poètes contemporains argentins, mexicains, équatoriens, nicaraguayens et dominicains.

Il a traduit en italien des recueils de nombreux poètes espagnols et portugais -parmi lesquels figurent notamment Maria Victoria Atencia, Clara Janés, Rosa Lentini, Ana Maria Navales, Luis Alberto de Cuenca, Casimiro de Brito, Vicente Molina Foix - et, plus récemment, l’ouvrage du poète mexicain Homero Aridjis Diario de sueños (Edizioni Giuliano Ladolfi, 2013).

Poète, il a également publié Profanazioni, (Levante,Bari 1990), Parole di sempre  (Amadeus , Citadella , 1994 )  La memoria del vuelo (Sial, Madrid,2002,traduction de Carlos Clementson ), Fingere la vita  ( Caramanica editore, Marina de Minturno, 2004 ), Contra desilusiones y tormentas. Antologia personal (Ediciones Fósforo, Mexico, 2007), Il tardo amore ( Liettocolle, 2008), recueil traduit en espagnol, galicien et basque, Il dono della notte (Passigli Editori, Florence, 2009), Ascoltami Signore (Edizioni dell’Orso,Alessandria, 2012)  ainsi que de nombreuses plaquettes.

Ses poèmes ont été traduits en plusieurs langues et il a participé à des festivals de poésie en Espagne, au Mexique, en Argentine, au Venezuela, au Nicaragua, en Colombie et en Turquie.