Mélika Golcem Ben Redjeb

Cette ancienne assistante de la Faculté de Lettres de Kairouan a reçu le prix de la poésie francophone dès son premier recueil de poésies intitulé « Graines d’espérance ». Le titre  »Alchimie » de son second recueil publié en 2008 traduit bien cette sensation magique par laquelle la poète s’est sentie attirée vers la poésie dès son plus jeune âge, et à travers laquelle elle tente d’exprimer par un langage imagé ses sentiments et ses aspirations. Epouse d’un diplomate, elle a vécu dans plusieurs capitales comme Moscou, Rome, Vienne, Harare, New Delhi… Malgré l’impact profond produit par ses séjours à l’étranger, Mélika BEN REDJEB Golcem a toujours désiré mettre en exergue l’amour de sa terre natale, la Tunisie. Ses écrits répondent à cette envie de faire connaître modestement la voix d’une Tunisienne ancrée dans son époque et pour laquelle la poésie doit refléter ces deux notions essentielles sans lesquelles l’Art deviendrait une dérive : Ethique et Esthétique.