Patrizia Vicinelli

 

Patrizia Vicinelli est née à Bologne en 1943. Dans les années Soixante, elle travaille dans le théâtre et le cinéma expérimental avec Aldo Braibanti et Alberto Grifi. Proche d’Emilio Villa et d’Adriano Spatola, elle rejoint le Gruppo 63 en 1966. Après l’affaire Braibanti (1968) elle est condamnée à la prison. Elle vit plusieurs années en exil au Maroc. De retour en Italie, elle est emprisonnée à Rebibbia (1977-1978). Elle meurt du SIDA en 1991. L’expérimentation formelle et la tension éthique sont deux constantes de sa recherche artistique : son écriture se situe entre la poésie visuelle et la poésie sonore. De son vivant elle a publié a, à, A (Lerici, 1967), Apology of schizoid woman (Tau/ma, 1979) et Non sempre ricordano (Aelia Laelia Ed., 1985). Un recueil posthume est paru en 1994, Opere (All’Insegna del Pesce d’Oro). Enfin, un volume présentant ses œuvres complètes est paru sous le titre Non sempre ricordano (Le Lettere, 2009) : il comprend notamment I fondamenti dell’essere (long poème), et Messmer (roman inachevé). 

Poèmes choisis