Torild Wardenær

Torild Wardenær est née le 30 novembre 1951 à Stavanger, sur la côte sud-ouest de la Norvège, où elle réside toujours. Elle a publié des pièces de théâtre, des essais, et plusieurs recueils de poèmes pour lesquels elle a reçu des prix importants, parmi lesquels le prix Herman Wildenvey, le prix Halldis Moren Vesaas (deux grands poètes norvégiens) et le prix Brage, du nom de l’ancien dieu nordique de la poésie.
Elle est souvent invitée à des lectures et des performances dans son pays, mais aussi en Suède, au Danemark, en Allemagne et en France (Paris, décembre 2005). Elle s’est également vu attribuer des résidences en Espagne (Fondation Valparaiso), à Bruxelles, et tout dernièrement en Californie. Son écriture déjoue volontiers les effrois du quotidien en les prolongeant par des interprétations rêvées, voire fantastiques, échos d’une folie joyeusement revendiquée.

Parmi ses œuvres poétiques, toutes publiées par Aschehoug :
I Pionértiden (Au temps des pionniers), 1994.
Null komma to lux, 1995.
Houdini til minne (En mémoire d’Houdini), 1997.
Døgndrift (La dérive des jours), 1998.
Titanporten (Le Portail des Titans), 2001.
Paradiseffekten (Effet de paradis), 2004.
psi  (pour la 23e lettre de l’alphabet grec), 2007.
Mens Higgsbosonetr gnager (Tandis que ronge le boson de Higgs), 2011

Poèmes choisis