J’arrache l’écorce de ton absence

 

J’arrache l’écorce de ton absence
et je lèche les zones blessées du désir,
ma salive comme une gaze ou suture
elle apaise ton poison, néanmoins
je les lèche avec une langue
dont on a peur de perdre le sens,
mais qui fêle, malgré tout, l’attente.

extrait de UN CIEL PROVISOIRE