Ô

 

Ô
  qu’un souffle
        traverse mon lieu
          l’âge
   divin
du poème