Nuit-gorge d’étincelles

 

                  Nuit-gorge d’étincelles
                  les branches saignent,
                  subitement ocres sinueuses.

                  Frêle strie de feu-follet
                  dans la ténèbre, la tessiture
                  comme un rêve s’évapore :
                  c’est l’étrangère.

                  Plus de trêve. Fleuves en loques.
                  Rivière sang.
                  Ondulation terrible des limbes.

                  Eprouver,
                  aiguiser l’ombre au poitrail.

                  Et dans l’eau grise des étoiles
                  mugit une sarabande.