Soirs de tourbières

 

        Soirs de tourbières
        une autre époque
        soirs criblés de salaison
        remue-ménage dans les arbres
        orifices où se mêlent
        les yeux veilleurs.

        Soir pénétrable, à genoux
        boire le sang de la nuit
        avalanche de crépitements
        en tous lieux.

     
       Du fond de la ténèbre
       d’un coup d’aile,
       jetés vers le haut
       un à chaque doigt
                   ô comme ils brillent
       vrais rubis taillés
      dans la chair de l’agneau

        osselets de lumière

       lancés de là, du fond
       pulpe démantelée,
       rognée
      et qui roulent, bondissent.

           Au-dessus, divine,
           toute la neige.