Nageur enclume

 

   chaque jour
   un jour
   une absence
   des oursins posés
   dans les yeux
   l'arc et la voûte
   se retrouvent pris
   dans l'enclume de vivre
   un nageur
   tisse des traînées par le fond

  

 

   ricoche lancer la langue
   que rattrape
   la flèche du corps
   l'impact
   là même
   où les flots recueillent
   la colonne
   le nageur
   l'horizontalité sous le regard

  

 

   l'eau
   à l'équilibre
   entre l'aplomb et l'air
   il reste ainsi
   sa main
   remue
   l'imagination
   ce qui bouge de soi
   ce qui rougeoie
   fait se rompre la chaîne

  

 

   le nageur
   ne quitte pas
   la ligne
   le ciel
   rattrape
   son corps poussé par une terreur
   son geste
   rendant à la terre
   l'homme nu au regard égaré
   sous les auspices de la matière

  

 

   le corps comme
   masse
   le fer du fracas
   le sable de l'étincelle
   malgré
   au gré
   sa nuque à l'envi
   ses cheveux
   sous l'encorbellement
   le temps sur la forge

  

 

   ceci posé le nageur
   accrochant les flots
   et soulevé comme racines
   sous la tourbe
   instance
   assemblée au clapot
   battement à la berge
   balancement
   quelque chose se perd
   ainsi d'une venue

  

 

   mêlant le sang
   aux trous des salines
   passant de l'une à l'autre
   en cratères
   en marées
   le corps noir et rongé
   l'astre blanc
   l'avancée
   et la tête ouverte
   d'une nuée l'autre

  

 

   le corps sa flèche
   son désir
   et tenace
   tombé
   puisant
   l'eau
   épuisant
   la liquide matière
   lorsque vient sans l'attendre
   la nage

  

 

   instant premier
   la nage 
   après le dépliement
   le souffle
   tenir comme
   l'arbre
   naissant à la lumière
   ébrouer
   sa flèche rouge
   du cœur

  

 

   désencombrer
   la pensée
   la connaissance
   retirer ce qui de soi
   alourdit la substance
   sur la profondeur marine
   comme l'enclume
   déposée par le fond
   puis soudain
   laisser enfin paraître

  

 

   le rythme encore
   le nageur
   sa cadence animale
   une régularité
   un battement
   le posé des mots
   le trait juste
   comme neige
   jusqu'à celui heureux
   de la disparition