LE REVE DE LA MEMOIRE

 

Tout comme tu as oublié la peur,
tu as oublié la joie.
                          Et tu dois
inventer une musique silencieuse,
à l'insu des autres,
pour retrouver les clés, les souliers,
et le nom des choses qui sont tiennes.
Mais nous reste-t-il alors quelque chose,
quand le cri s'habille du silence,
quand le fil uni de l'éclair se brise ?
Oui, attends, rêve une mémoire nouvelle
et délivre-là de l'ancienne, dans la boîte fermée
retrouve ton visage, ton vrai visage.
La maladie, terrifiante comme les hommes,
ne peut détruire ce qui n'existe pas.

Que ton rêve s'abandonne au plus haut.
Que ton rire apprivoise la tristesse.
Que ta mémoire brisée se mette à marcher
sur une autre musique.

 

Traduction par Dominique Boudou, révisée par Elvire Gomez-Vidal

 

 

El suen᷉o de la memoria

 

Como se te ha olvidado el miedo,
se te ha olvidado la alegría.
                                    Y tienes
que inventar una música callada,
sin que nadie lo sepa,
para encontrar las llaves, los zapatos
y el nombre de las cosas que son tuyas.
¿ Pero nos queda alguna cosa entonces,
cuando se viste de silencio el grito,
cuando se rompe la unidad del rayo ?
Sí, espera, suen᷉a una memoria nueva,
sácala de la antigua, de la caja cerrada
recupera tu rostro, el verdadero.
La enfermedad, terrible como el hombre,
no puede destruir lo que no existe.

Que tu suen᷉o se entregue a lo más alto.
Que tu risa convenza a la tristeza.
Que tu memoria rota empiece a andar
con una música distinta.