CHIENDENTS n° 109, consacré à Alain MARC.

 

 

Alain Marc est né en 1959 et sans doute était-il temps de consacrer une livraison de revue à cette œuvre atypique. Alain Marc commence par décrire ce qu'il écrit : il a forgé deux expressions, "l'écriture du cri" et "la poésie publique", qui ont fait florès depuis ; mais c'est pour mieux affirmer que tout ce qu'il a écrit et publié relève de ces deux principes. C'est ainsi qu'il donne de nombreuses lectures publiques : ce n° de Chiendents se termine d'ailleurs par une liste de lectures performées, pour reprendre ses mots. Mais l'essentiel n'est pas là : s'il agrémente ce n° de quelques lettres, le plus important réside dans les deux entretiens qu'il a accordés à Murielle Compère-Demarcy. Si le premier tourne autour de son œuvre ("Une poésie publique, cette deuxième expression que j'ai forgée avec celle d'«écriture du cri» et qui a conduit toute mon écriture depuis le début, l'une corrigeant l'autre en quelque sorte, signifie pour moi que tout doit être mis en œuvre dès l'écriture pour diriger la poésie vers le public, en faire un acte public."), le second approfondit la notion d'écriture du cri ; on peut relever cette affirmation que l'Histoire confirme : "Il est connu que les pays et périodes totalitaires ou de guerre ont toujours produit une littérature forte en contre, conjointement avec une amplification de son écoute. Ce qui explique aussi le peu de cette littérature dans notre période actuelle où les «ennemis», responsables des déboires de nos sociétés, sont difficilement identifiés." Malheureusement, tout n'est pas de cette eau, le jargon philosophique n'est pas évité, qu'on en juge : Murielle Compère-Demarcy n'écrit-elle pas : "… une critique lucide et «révolutionnaire» de ce qui traverse l'écrivant chevillé au monde pour en transcender la page dans une expression de l'affect relié à l'expérience d'un Je transcendantal immergé dans la nuit de l'Être pour en expulser l'indicible muration dans cet entre-deux de son cri intellect / de son Dit." Coquille ou néologisme compris ! Il est vrai que je ne suis pas de formation philosophique mais de tels propos passent difficilement dans la moulinette cérébrale du littéraire que je suis…

 

Reste que ce numéro de Chiendents est nécessaire. Ne serait-ce que parce qu'Alain Marc note : "D'où l'on peut aisément convenir que la poésie n'est pas que linguistique mais qu'elle est également anthropologique, philosophique, théologique, sociale et politique…" Oui, la poésie, si elle veut enfin retrouver ses lecteurs, doit cesser d'être intellectuelle et poétique. Mais lisez donc Alain Marc !

 

 

 

Chiendents n° 109, Alain Marc : "Il n'y a pas d'écriture heureuse". Éditions du Petit Véhicule, 40 pages, 5 € (+ 2 € pour l'envoi) : 20 rue du Coudray. 44000 NANTES.