Passage en revues

Autour de  Siècle 21, Meet, Le Journal des Poètes, Phoenix et The French Literary Review  

 

 

Deux récentes et passionnantes livraisons de l’excellente revue Siècle 21, dirigée par Jean Guiloineau et éditée sous l’égide de La fosse aux ours. Une revue avec laquelle Recours au Poème se sent bien des affinités, pour la place attribuée à la poésie, l’intérêt exceptionnel de bien des articles et l’ouverture aux littératures/poésies du monde entier. Cette ouverture vers les ailleurs est en poésie une nécessité absolue. Le numéro 20 de Siècle 21 propose un dossier sur les littératures anglaises contemporaines, dossier conçu et coordonné par Vanessa Guignery et Marilyn Hacker. Vanessa Guignery donne une courte et brillante introduction intitulée « Les patries imaginaires du roman britannique », accompagnée d’un guide de lecture. Un bon moyen pour partir à la découverte du romanesque britannique contemporain, si l’on est en terres méconnues. Vient ensuite un tout aussi passionnant texte de Marilyn Hacker (« Le poète est un écrivain comme les autres ») valant ouverture nécessaire aux poésies anglaises : « Un lecteur français ou un lecteur qui vit en France remarquera en lisant un journal anglais du week-end, contenant une rubrique consacrée à la littérature, ou un hebdomadaire comme Times Literary Suplement, qu’en Angleterre (et en Irlande) la poésie est toujours présente dans les querelles autour de la littérature contemporaine. On écrit sur la poésie (de façon régulière) en termes et en propos semblables à ceux utilisés lorsqu’on traite de fiction (…) Les critiques supposent que le lecteur de leurs articles aura une certaine familiarité avec la poésie contemporaine, moderne et classique (…) ». Une situation que l’on retrouve en Allemagne au en Europe du Nord, espaces où la presse publie poèmes et poètes. Il y a bien une exception culturelle française au sein de nos journaux et médias, lesquels ont décidé que la poésie n’intéresserait pas leurs lecteurs. Décision non dite et cependant ubuesque. En ce dossier anglais, on lira des poèmes de Carol Rumens, Caroline Bergvall, Tony Lopez, Mimi Khalvati, Seni Seneviratne, Paul Farley, Georges Szirtes, Jeremy Reed, Fiona Sampson, Ruth Fainlight et James Byrne. Des voix diverses pour un dossier fort. Le reste du numéro ne déroge pas, bien au contraire. Au sommaire, enter autres : Moncef Ouahibi, un important dossier consacré à Lionel Ray, poète que nous apprécions beaucoup ici, des textes de Marie-Claire Bancquart, Amina Saïd, Daniel Pozner, Charles Dobzynski, Chantal Bizzini… On l’aura compris, un Siècle 21 en poésie de haut vol.

Cette qualité intrinsèque de la revue Siècle 21 se retrouve en son numéro suivant, n° 21. Outre un dossier très intéressant consacré à Gil Jouanard, dont les proses poétiques sont à lire, avec des contributions entre autres de Jacques Réda, Ludovic Janvier, Pierre Michon et Jacques Lacarrière, ce numéro comporte un superbe dossier consacré à la littérature tunisienne contemporaine, l’ensemble étant emmené par Marilyn Hacker et Cécile Oumhani. Intitulé avec force « écriture de l’urgence », ce dossier commence par un texte de Tahar Bekri. On y lira des poèmes de A. Chebbi, M. Al-Ouahibi, M. Faïza, T. Bekri, S. Haddad, A. Fathi, I. Al-Abassi, L. Makaddam, A. el-Moulawah et A. Saïd. Ce dossier rendant le volume indispensable, d’autant plus qu’il est accompagné, comme l’ensemble de ce n° de la revue, du splendide travail artistique d’Ahmed Ben Dhiab.

Revue Siècle 21. 2 rue Emile Deutsch de la Meurthe, 75014 Paris.

revue.siecle21@yahoo.fr

http//siecle21.typepad.fr

Le numéro : 17 euros

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En son numéro 15, Meet, revue de la Maison des Ecrivains Etrangers et des Traducteurs de Saint-Nazaire, propose comme à son habitude une mise en relation littéraire et poétique de deux villes. Ici, Phnom Penh et Porto Rico sont à l’honneur. Les pages ouvrant sur Phnom Penh emmènent évidemment le lecteur vers des contrées qu’il ignore ou qu’il connaît peu. Patrick Deville devient guide : « Que sait-on aujourd’hui de la littérature cambodgienne ? Sur près de deux cents écrivains édités à Phnom Penh avant 1975, une poignée a survécu au régime des Khmers rouges. A mon arrivée il y a trois ans, au début du procès, on décourageait plutôt ma curiosité. Tout cela avait disparu, écrasé par l’horreur et l’autodafé ». Cela suffit pour dire combien il est important de lire ici ces écrivains et ces poètes, qui plus est édités en khmer et français. On découvre là des voix fortes et la revue réussit pleinement son souhait : nous entraîner à la découverte de cette littérature pour nous lointaine, peu prisée des éditeurs français, et nous pousser à vouloir lire plus loin. Du côté de Porto Rico, le dossier est présenté par Mélanie Pérez Ortiz en un texte au titre évocateur : « Ecrire depuis une île qui déborde », qui explique les particularités de l’endroit : « A cause de la pauvreté et de la facilité de s’installer aux Etats-Unis dont nous, les Portoricains, nous bénéficions en raison de notre citoyenneté états-unienne, aujourd’hui quatre millions et demi de nos immigrés y vivent, installés dans différents Etats qui vont de New York à Chicago, de Philadelphie à la Floride, et pendant ce temps, l’île compte quatre millions d’habitants ». Plusieurs poètes paraissent en ce beau sommaire, permettant là aussi de sacrées découvertes. L’ensemble forme un très beau volume, issu du travail réalisé par la Maison des Ecrivains Etrangers et des Traducteurs, travail d’un lieu qui n’est pas assez souvent souligné. 

Revue Meet. Maison des Ecrivains Etrangers et des Traducteurs. 1 bd René Coty/BP 94. 44602 Saint-Nazaire cedex 01.

maisonecrivainsetrangers@wanadoo.fr

www.maisonecrivainetrangers.com

Le numéro : 20 euros.

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En cette troisième livraison de l’année 2012, Le Journal des Poètes, emmené par Jean-Luc Wauthier et un quarteron de poètes/critiques que nous apprécions fortement ici (Yves Namur, Marc Dugardin, Rose-Marie François…), poursuit avec régularité son travail de mise à disposition des poésies contemporaines. On découvrira là deux voix nouvelles (Béatrice Bertiaux, Patrick Beaucamp), les « Paroles en Archipel » de poètes comme l’irlandais Harry Clifton (dans la belle traduction de Michèle Duclos), le coréen Kza Han, un poème qui est une étincelle de Gaspard Hons, d’autres de Thierry-Pierre Clément, Valérie Michel ou Claude Miseur :

 

Ne transige pas
à l’orée de ce qui vient,
au pied de ce qui va te construire
de mots et d’espérance,
face à l’étroite habitude,
banlieue de l’indifférence.
Ton pas furtif
affolé d’impatience
gagne un versant
non formulé du monde.

 

La partie critique est à lire avec attention, on y découvre souvent des livres qu’on rencontre trop peu dans les librairies françaises et l’on y fait de belles découvertes.

Au cœur de ce nouveau numéro, un dossier exceptionnel consacré aux Voix poétiques marocaines des années 90, concocté par Taha Adnan. Le poème « Poète différent » de Yassin Adnan vaut à lui seul le détour, en particulier vu depuis la France des médias, tant ce poème remet les choses à l’endroit. Mais le dossier en son ensemble est très intéressant. Comme souvent en cette respectable revue (81 ans tout de même !), tout cela est de haute tenue, et se termine par la Chronique des revues signée Yves Namur, lequel semble regarder du côté d’internet. Longue vie au Journal des Poètes.

 

Le Journal des Poètes. Jean-Luc Wauthier. Rue des Courtijas, 24. B-5600 Sart-en-Fagne.

wauthierjeanluc@yahoo.fr

http//www.mipah.be

Le numéro : 6 euros.

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une nouvelle livraison de Phoenix, c’est toujours alléchant. Une revue dont nous parlons ici avec gourmandise. On ne sera pas déçu par ce septième numéro. Un gros et beau dossier consacré à François Cheng, comportant deux inédits (sinon dans le cadre du Printemps des Poètes), des études de Catherine Mayaux, Françoise Siri, Véronique Brient, Nicolas Gille, Elodie Chevreux et Michaël Brophy. Le tout est accompagné d’un entretien. Une manière tonique de partir à la découverte de la poésie de Cheng. Emotion ensuite, à la lecture de l’hommage rendu par la rédaction à Bernard Mazo. Phoenix avait publié un dossier sur Mazo en un de ses premiers numéros. Viennent ensuite les « voix partagées », dont celles d’Amin Khan, Nicole Drano-Stamberg, Téric Boucebci ou André Ughetto. Puis la voix, forte, de Benny Andersen. Tout en cette revue est passionnant. Phoenix ne démérite pas, bien au contraire, devant sa propre histoire, celle qui vient de Sud.

 

 Phoenix. 4 rue Fénelon. 13006 Marseille.

www.revuephoenix.com

revuephoenix1@yahoo.fr

Le numéro : 16 euros

 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le numéro 18 de la revue britannique (cependant basée en France) The French Literary Review nous parvient avec comme thème « Writing with a french connection ». La revue est dirigée par Barbara Dordi, elle-même poète. On y fait de très belles découvertes, de poètes qui seront bientôt amenés à publier dans les pages de Recours au Poème, d’autres aussi. Ainsi, Marcus Smith, June Blumenson, Margaret Beston ou Violet Dench. Parmi une vingtaine de poètes. Une aventure à saluer, la poésie étant ici une sorte de trait d’union entre la France et le Royaume-Uni, une histoire d’amour et d’amitié entre deux pays. Entre les poètes de ces deux pays. De très beaux textes. On découvrira les poètes de plusieurs numéros de cette revue en suivant le lien ci après :

www.poetrymagazines.org.uk/magazine/issue.asp?id=782

 

The French Literary Review. B. Dordi. Chemin de Cambieure. 11240 Cailhau.

FrenchLitReview@me.com

Le numéro : 6 euros