POSSIBLES, et INFINIE GÉO-LOCALISATION DU DOUTE n° 2 & 3

 

 

 

            Je vais commencer par évoquer quelques souvenirs que les moins de 20 ans ne connaissent pas ! Possibles fut d'abord une revue papier paraissant dans les années 1970 du siècle dernier… Pierre Perrin, son animateur, la fait reparaître depuis octobre  2015 sous une forme électronique. Et Possibles en est à son n° 18 à l'heure où je rédige cette note. Et Pierre Perrin annonce que "le passant est sollicité pour s'inscrire pour recevoir un avis de mise en ligne des numéros successifs le 5 de chaque mois". Il suffit de taper sur son ordinateur préféré "Possible, revue de poésie" et, ensuite de cliquer tout en bas de la page sur "Je m'abonne pour recevoir…" Et c'est gratuit !

 

            La revue d'aujourd'hui est dans la lignée de la revue papier. D'ailleurs, Pierre Perrin reprend dans sa rubrique Hier des poète jadis publiés (Y Martin, D Pobel, A Laude, Th Plantier, G Chambelland ou P Vincensini pour ne nommer que ceux-là) dans les années 75-80… Mais il s'intéresse aussi à des poètes contemporains (G Bellay, B Douvre, JF Mathé, M Baglin, A Borne, J Réda, Fr Laur ou M Bertoncini… ) et n'hésite pas à faire appel à des écrivains fins connaisseurs de ces poètes. Mais dans sa rubrique Invitation, Pierre Perrin écrit ses lectures à propos d'une revue (Friches, par exemple) ou d'un poète comme JP Georges ; mais il donne également la parole à d'autres, sous forme d'extraits en prose (JCl Martin) ou de poèmes ( CA Holdban, JCl Tardif…). Coup de projecteur donc sur une certaine poésie faite de sensibilité et d'attention au monde en général, une poésie à hauteur d'homme pour reprendre une expression qui fit florès en son temps…

 

            Possibles est une revue nécessaire. Il ne faut la manquer pour rien au monde…

°°°

          Denis Heudré a créé en 2016 une revue en ligne et gratuite afin d'attirer l'attention des éditeurs sur sa production (cette revue est unipersonnelle, comme il le dit si bien) et celle des lecteurs. La diffusion en est double : sur la toile et via facebook. Ce qui lui permet d'offrir poèmes, dessins, photographies et notes de lecture.

            Le n° 3 (publié en janvier 2017) donne ainsi à lire, après un éditorial où il s'explique sur le titre de cette revue et sur son absence de certitudes, deux poèmes illustrés de beaux dessins, une note consacrée à "Éternité à coudre" d'Esther Tellermann. Le n° 2 (publié en décembre 2016) offre à la curiosité un bref poème extrait de "Une couverture noire" et un inédit ( ? ) intitulé "Bricole", une note de lecture où Denis Heudré présente "Circonvolutions" de Stéphane Sangral (un ouvrage que l'auteur a bien voulu m'envoyer et dont j'ai rendu compte dans un Fil de lecture à paraître (à l'heure où j'écris ces lignes) dans une prochaine livraison de Recours au Poème.

            C'est gratuit, je me répète. Et il ne faudrait pas manquer Infinie Géo-Localisation du Doute qu'on peut lire à l'adresse électronique suivante : http://denisheudre.free.fr. À suivre…