TRANSFIGURATION

 

longtemps n’avons vécu

que des voyages en soute

longues lignes de fuite

déportées de la main

débordées des remparts

de la nuit

 

ses filins d’acier

par où pendaient les astres

dans le vide                  nos plaies

d’où pleuvaient les distances

 

en ces temps là c’était

des saisons singulières           entre nous

des moussons diluviennes

nos pas dans la tourbière conduisaient

vers des points de départs

inédits

 

pourtant

nous comptions à nos mots

leur pesant de réel

sans réclamer leur dû

que monnaie fût rendue

jamais

 

la dette consommée

consumées nos artères

dans les whisky            les chairs

transitoires          les fatigues du sexe

arraché au matin

tout ça        monnaie de singe

errant         sur les quais portuaires

de nos boîtes crâniennes

 

tout ça

pour pas un rond

semblables à nous même       aujourd’hui

comme ailleurs

avec dans nos poches

pour seul bien

nos mains comme des bombes

serrant

la vérité