“Nous entrerons aux splendides villes”

 

(Rimbaud : Une saison en enfer)

Dins lo cramar fresc dei barbastas,
Te’n vas. L’ostau s’es escapat.
Una ramada tarabasta
Ton suc caud e tròp ocupat.

Coma lei barcatiers dei fluvis,
Es dins l’aura qu’as ton desvelh.
Siás Arca, Bestiari, Deluvi ?...
...Ai país trempes, ton uelh vei.

Vei lei Faidits trauca-confinhas,
L’indian d’aram amont plantat
L’aur viu qu’una àrpia lo grafinha
Per crompar d’estranhas santats,

Vei lo tremont masc dei fugidas
Quand pès-descauç per lei travèrs,
Romias ai lunas refregidas,
Tei cants d’estiu, tei cants d’ivèrn.

Vei lo rodaire que s’aplica
Au Zodiac, ai trins e au temps,
Vei lo fielat dei Rets Publicas
Que lo Maelström au mieg s’i tèn.

Vei lei mans-de-glòria espelidas
Au pè deis òrts enverinats,
La pega que raja, enlusida,
De cada jorn que t’es donat,

Vei un circ d’ulhauç, l’Escabèla
De Jacòb, tocant lo non-res,
Lo muditge que te pivèla,
L’amor sens paur, lo don représ.

Vei un cant rauc que se miralha
Coma lei lops, dins l’aiganèu,
La ròsa de carn que badalha,
Lei bateus sens rema ni anèu,

Vei lo fremin dei labras blancas
Ai bòmis deis arcòls ancians,
Lo sègle fèr qu’òm l’espalanca,
E leis esmòus de l’aicí-siam !

Vei Babel malauta que i dança
Lo resson bret dei Promiers Cèus,
Lei frònts clinats, l’orguelh de França,
Lei desiriers coma un bacèu,

Vei lei transeis dei rampelaires
Sus lo Mercat Universau,
E l’Arc-de-Sueja amont dins l’aire
Amb sei penjats plorant la sau.

Vei d’uelhs emblanquits, mar vuejada
Que son escruma de colors
Dins la paraula fa rajada.
Vei la Sèrp d’Aram, crotz e flor.

Vei la sang cauda e lei Romecas,
Bòla, campèstre, adobador,
Tuban coma nebla que seca.
En que sèrvon lei Trobadors ?...

…Somiant de teis enfàncias liscas,
Dei mòts poputs que fau domdar
Coma un pintre leis odaliscas,
Crosas lo rei-ladre : un sordat,

Un jovent caigut dins lei sòrgas,
E ta varalha, d’ara-enlai,
Aurà, amb lo chuc dei fatòrgas,
L’afogament fosc dau verai.

La Ciutat crama sei caladas,
Après Mazas e lei Fauborgs .
La vida es de cambiar ? De-badas !
Aurem lei fèbres per sabor.

A setze ans, aviás pron de camba
Per la barrulla emai per l’art
D’inventar de lengas de flamba,
Sant-Esperit mes a despart.

Lei mes de Mai son de Comunas,
E dau pitre lei boliments.
Leu te siás fach romiu, amb una
Tebaïda, per forniment,

Dins ta biaça. As gardat de tissas
De felen deis uelhs deslavats,
Quand sens mutar tibas de drissas
Dei Egiptas fins qu’ai Javàs.

Estraç de cèu e pèus fan pacha
Ai darsas, dins lei cabarets.
De Brussela a Harar se tracha
De l’Èrme emai dau mascaret.

...Mas s’ansin te trencavan vena,
o un pecol enegresit ?
lo vam ven dau vent e t’avena,
vivères de viure-causir.

As laissat lei Prius de rancura,
Pavons emplumats de vertut,
Pofres qu’ambé sa boca escura
An racat sa tencha sus tu.

...Insurgent d’escarsas paraulas,
Raufèlas, plan, coma un Leupard,
Risent dins tu, traucas la faula
De Diu, a l’ast, de part en part.

A-de-còps grèpias dau gelibre,
Tei mans de muratier drollàs
Durbián lei vilas e lei libres,
E de tei ponhets lei colàs.

Onte, autrei-fes, cavau reguergue,
Dintrant dins lei sedas dau vent,
Voliás qu’una ciutat t’aubergue ?
...Lei remembres fan vai-e-vèn :

« Cafè : ges. Taulas carivendas.
Pèus de cabras. Evòris... » Res
Que faguesse un pauc de bevenda
Per tei mercats de marrit prètz.

Mentre a ton costat te solaça,
Fondent lo lugran dau tristum,
Djami. Eu, l’Èrme non l’alassa,
E vei dins tu de revolums.

Sauprem pas ges se fau qu’òm degue
Traïnar lei dolors sens mutar.
Au país rast de tei fondegues,
L’aura d’espinas t’a butat.

Crosada dei exilhs, Marsilha
Sus son espalla e son palanc
Te pòrta. L’auba que te vilha,
Es tomple, mar, fam, sòm, fuòc blanc.

Trafegaire d’armas, en bosca
D’Aur zenitau, fiu dau solèu,
Fraire freg dei puretats foscas,
Un briu, dau mond as fach manlèu

Coma desempuei Adam, cada
Passant de la tèrra, o fasèm.
Mas nos brulla ton esposcada,
Sensa tu, paure clarvesent !

Bautesar d’azard, as fach rota
Vèrs tei reiaumes de Sabà.
Lei vièlhs fusius, l’estrada rota :
De brisums qu’aviás derrabats

De la còma de ton estèla.
Pèira Negra, gravas dei puegs,
Ganivet d’òs, saca de tèla
Dau marinier d’entre lei nuechs...

Ton despachar : darrier mistèri,
Ai corredors, pròchi aqueu blu.
Puei pus ren. Lo Jòi que quitèri
Aviá lo gost de tei belucs.

Reminiscéncias d’Arthur Rimbaud

 

 

 

“Nous entrerons aux splendides villes”
(Arthur Rimbaud : Une saison en enfer)

 

Dans le feu clair des gelées blanches,
Tu pars. La maison s’est enfuie
Tes percussions sont les orages,
Tête chaude et trop habitée !

Comme les mariniers des fleuves,
Tu te réveilles avec le vent.
Tu es l’Arche, les Bêtes, le Déluge ?...
Sur la terre trempée, ton œil voit...

Il voit les Faidits perce-frontières,
L’indien de cuivre planté là-haut
La toison d’or vivant qu’on râcle
Pour payer d’étranges santés,

Il voit tes départs aux soirs sorciers
Lorsque pieds-nus par les talus,
Tu ronronnes aux lunes de gel,
Tes chants d’été, tes chants d’hiver.

Il voit le rôdeur dans sa quête
Du Zodiaque, des trains et du Temps,
Et la toile des Voies Publiques,
Et le Maëlstrom en son mitan.

Il voit les mains-de-gloire éclore
Au pied des jardins vénéneux
Et couler la résine d’or
De chaque jour qui t’est donné,

Il voit la Grand’Côte, l’Échelle
De Jacob monter au néant,
Le silence qui t’hypnotise,
L’amour sans peur, le don repris.

Il voit se mirer un chant rauque,
Comme les loups, dans l’eau de neige,
La rose de chair qui palpite,
Les bateaux sans rame ni anneau.

Il voit les lèvres qui frissonnent
En vomissant d’anciens alcools,
Tout ce siècle qu’on écartèle,
Les émois d’ici et maintenant !

Il voit Babel malade où danse
L’écho brisé des Premiers Ciels,
Les fronts courbés, l’orgueil de France,
Les désirs comme coups au coeur,

Il voit les prêcheurs dans leurs transes
Sur le Marché Universel,
Et l’Arc-de-Suie où les pendus,
Tout là-haut, ont des pleurs de sel.

Il voit les yeux blancs, mer vidée
Dont les écumes de couleurs
Envahissent toute parole,
Et le serpent d’Airain, croix et fleur.

Il voit le sang des morts-vivants
Leurs bols, leurs champs, leurs abattoirs,
Fument comme vapeur qui sèche...
À quoi peut bien servir le chant ?...

Revoyant tes enfances lisses,
Les mots de chair qu’il faut dompter
Comme un peintre les odalisques,
Tu croises le Roi-Lépreux : un soldat,

Jeune, tombé dans la rivière.
Et ton voyage, désormais,
Aura, mélangé aux magies,
La passion obscure du vrai.

La ville brûle ses pavés,
Après Mazas et les faubourgs .
Il faut changer la vie ? Peut-être.
Les fièvres laisseront leur goût.

À seize ans tu avais la manière
De l’errance, et tu savais  l’art
D’inventer des langues de flammes,
Tout Saint-Esprit laissé à part.

Les mois de Mai sont des Communes,
Comme les élancements du sang.
Bientôt ton feu t’appelle et une
Thébaïde est ton paquetage.

Tu gardais des tics et des gestes
Du pays aux bleus délavés,
En tirant, muet, les cordages,
Des Égyptes jusqu’à Java.

Lambeaux de ciel et peaux s’accordent
Sur les ports, dans les cabarets.
De Bruxelles à Harar, l’histoire,
C’est le désert et la marée.

Mais si on t’en tranchait les veines,
Ou bien quelque membre noirci ?...
L’énergie vient du vent et t’épuise,
Tu as vécu de choisir ta vie,

Laissant les maîtres des rancoeurs
Les paons emplumés de vertu,
Les pieuvres dont la bouche d’ombre
En crachant son encre, s’est tue.

Insurgé aux rares paroles,
Tu feulais bas comme un léopard,
D’un rire tu embrochais la fable
D’un Dieu vide, de part en part.

Engourdies, parfois, quand il gèle,
Tes grosses mains de terrassier
Ouvraient les villes et les livres,
Et les chaînes de tes poignets.

Où voulais-tu, cheval rétif,
En entrant dans la soie du vent,
Qu’une cité soit ton refuge ?
Les souvenirs viennent et vont :

« Pas de café. Étals trop chers.
Peaux de chèvres, ivoires... » Guère
De bénéfice à récolter
Pour tes marchés à fonds perdus,

Tandis qu’à ton ton côté t’apaise,
Djami, chassant les astres noirs.
Lui, au désert, rien ne lui pèse.
Dans toi, il voit des tourbillons.

On ne saura jamais si l’on doit
Traîner les douleurs sans rien dire.
Vers tes comptoirs de terre sèche,
Un vent d’épines t’a poussé.

Carrefour des exils, Marseille
Sur son épaule et son palanquin,
Te porte. L’aube qui te veille
Est gouffre, mer, faim, nuit, feu blanc.

Trafiquant d’âmes, à la recherche
D’Or zénithal, fils du soleil,
Frère froid des puretés sombres,
Un instant tu empruntas le monde,

Comme depuis Adam, chacun
Des passants de la terre l’a fait.
Mais ton éclaboussure nous brûle
Même sans toi, pauvre voyant !

Balthazar de hasard, tu as fait route
Vers tes royaumes de Saba.
Les vieux fusils, la fin des pistes...
Des lambeaux que tu as arrachés

A la chevelure de ta comète.
Pierre Noire, éclats de montagnes,
Couteau d’os et sac de toile,
Du marin qui courait les nuits...

Tu étais pressé : dernier mystère,
Dans les couloirs, près de ce bleu.
Puis plus rien. La joie que je quitte
Avait ce goût étincelant.

Réminiscences d’Arthur Rimbaud
1854 – 1891
2004, Belgique et Marseille