Lo passejaire de Cuzco

 

Lei pèiras que t’an vist passar
An pas servat ni lo rebat
Ni lo resson de tei combats.
L’autura t’aviá alassat.

Ton doble amont es demorat.
As l’èime entre quatre Cantons
Lo lum freg, trencat a quartons,
Dins leis auras l’as ancorat.

Sacsayhuaman d’Ataualpà,
Atlantida verda de sang,
Dempuei qu’anèron s’ajaçant,
Lei solèus, se reconeis pas.

Mas ta man sàpia destriar
La tòca que dins son pantais
L’orfanèu afusta a bèu talh
Per son pòble despatriat.

 

 

 

Le passant de Cuzco
 

Les pierres qui t’ont vu passer
N’ont pas conservé les échos
Ni les reflets de tes combats.
L’air si haut a fondu ta chair.

Ton double ? Il est resté là-haut,
L’esprit pendu aux quatre coins,
Et la lumière écartelée,
Tu l’as amarrée dans le vent.

Sacsayhuaman d’Atahualpa,
Atlandide verte de sang,
Depuis le temps que les soleils
dorment, ne se reconnaît pas.

Mais que ton bras sache trouver
La cible que dans son esprit
L’orphelin vise pour venger
Son peuple privé de patrie.