Vanitas

 

Te n’aniràs per l’arenau
Se la mar sema laissa en alha
Sa pèu de peis e sa fruchalha
Te n’aniràs lei pès-descauç.

Es lo passat o lo temps suau,
Entre l’infinit e lei malhas ?
Tot remembre pescat se calha
Mitat-poiridier, mitat-gaug.

La mar grisa de Trasmontana
Cap ai país de freja Mana
T’ambra lo còs, fauta de rais.

De Tulè sentes l’atrivança
E dau vent cercas l’amistança.
Mas l’aura sap pas onte vai.

 

 

Vanitas
 

Tu iras dans le sable quand
La mer qui se retire agite
Sa peau de poisson et ses entrailles.
Tu iras en marchant pieds-nus.

Entre l’infini et les filets,
Est-ce le passé ou le temps clair ?
Tout souvenir pêché se fige,
Moitié-pourriture, moitié-joie.

Et cette mer grise du Nord
Vers des pays de froide Manne
T’ambre le corps, faute de rayons.

Tu sens bien que Thulé t’attire
Et tu veux la compagnie du vent.
Mais tu ne sais pas où il va.