Je serre entre mes bras le vide

 

Je serre entre mes bras le vide
La nuit s’affole dans les chaînes du vent
Le vide est un buisson d’épines

Et l’oiseau qui s’envole emporte au loin le vent