Partir, dis-tu ?

 

à la radio tu entends
l’humanité malade
les colères en chiffres

partir, dis-tu
direction le désert
son été éternel

mais sais-tu
ce monde est le seul
à notre image

au lieu de dire
laisse ton souffle
sur ma bouche

à l’ouest l’hiver
au nord l’automne
mon corps à l’est

l’eau n’est pas le vent
le vent pas le feu
je suis la terre