Anthologie de la violence

 

En peu de temps
la main qui tisse une lumière pour la terre
cette même main
doit aussi prendre la hache
pour renverser le pouvoir illégitime
de toutes les tyrannies

Il y a eu la naissance des choses
le temps du partage
et le retard à rendre visite à sa propre dépouille

Sans délai il faut initier le mouvement
mettre son passé sous son bras
Bataille contre la gravité, trouble de la vision
plus vite encore
aller quelque part
après minuit

Et puis
saisi par un temps, une perte ininterrompue
se laisser glisser
comme un nuage au-dessus d’une table à l’envers

Parce qu’il suffit de se déplacer
avec la pensée matinale d’un chien
pour se retrouver sain et sauf
malgré sa propre adversité

 

Extrait du recueil "Saisons d’argile" © Éditions Al Manar, 2011.