Faire confiance à la voix

 

 

manquer de santé ne fait pas de toi un monstre
ignorer les dégâts fait de toi un monstre ne pas
construire le corps entre preuves et perdre
l’équilibre énorme bête ne compte pas les jours
qui t’a appris à dormir je demande tu sais dormir
cet interminable essai n’est pas le saut présupposé
dans ta faim dans la nature priapique de ton masque sanglant

 

les dégâts présupposés t’ont appris à ignorer l’équilibre
à dormir entre ton masque interminable
et ce monstre priapique qui fait une bête
je le demande tu essaies de perdre les jours
tu ne connais pas ta faim sanglante
un monstre t’empêche de dormir ne compte pas le corps pas le saut
manquer de santé c’est construire un énorme essai

 

 

FAIRE CONFIANCE À LA VOIX

 

Faire confiance à la voix peu importe ce qui fut parfois un cri parfois l’étouffement mais toujours la propre cadence cette griffure dans la gorge et cette plaie qui à tous nous est survenue mais qui nous permet encore de parler de faire confiance à la voix pour pouvoir nous taire à temps pour pouvoir partir non sans avant avoir dit le mot non sans au moins avoir aimé ce qui importe et surtout faire lui faire confiance pour simplement laisser par-dessus la nôtre s’élever une petite voix une voix de quelqu’un qui aujourd’hui a fait un cauchemar et nous supplie de dormir sans peur dans la doublure de nos draps

 

 

 

avec toi je sens le sel
avec toi j’entrevois ce que
avec toi je sens le sel et j’entends les enfants
et leur exultation étrange qui ne s’éteint pas et alors
je voudrais allumer tous les lampadaires avec ma poitrine

avec toi prendre de l’air pourrait précéder le chant
avec toi pas de mesure
comment pourquoi sous quel ciel
ai-je offert des lits aurais-je aimanté des fauves

mais parfois on veut mourir parfois
je me dois à l’homme et toi à ma parole

tu maîtriseras sans doute le naufrage

avec toi je me dois à l’homme à l’air
la nuit s’éteint
avec deux réverbères j’ai aimanté les enfants
je peux oublier le sel

avec toi je voudrais prendre ma parole et dominer
avec toi pas de mesure et le naufrage a besoin
de moins de raisons sous le ciel

toi tu veux t’allumer de jour et alors moi
avec ma poitrine j’entrevois ce qui comment pourquoi

avec toi j’entends et avec toi je sens
de quels lits pourrait précéder le sel
qu’avec toi exultation étrange
tous les fauves je les aurai offerts
pour tant à tant de plus

son chant a des heures pour finir

et parfois je sens mourir mais parfois avec toi
non

 

*

 

Ces textes appartiennent au recueil inédit Fractales (Kriller71, 2017), © traduction : Martine Joulia, © révision : Arturo Sánchez.