Nouveaux Poèmes

Retrouvez l'entretien que Shuhrid Shahidullah a accordé à Marilyne Bertoncini : clic

 

Traduction : Marilyne Bertoncini

 

 

 

Identity

 

 

 

Into your belly I insert a feather of a ruthless bird
That simple sign of mine you carry to the world-- where
            the reincarnated dogs safeguard
            the under-aged pregnant girls

Someone of them is my mother

Someone of them is called Bird
I am her secret feather

 

 

 

Identité

 

 

 

J'insère dans ton ventre la plume d'un oiseau cruel
Tu mets au monde ce simple signe de moi – au monde où
                               les chiens réincarnés protègent
                               les mineures enceintes

L'une d'entre elles est ma mère

L'une d'entre elles se nomme Oiseau
Je suis sa penne secrète

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

The Jungle Story

 

 

 

Hearing the groaning of a tigress, every time,
                           I put hands on your breasts        

Seems myself is a novice tourist;
       have come to an unprotected forest
                            across the line of an undecided borderland;
Leaving the bullet-pierced body of my sister
                                                           hanging on the barbwire--
I have come to collect the roadmap
                                           for carrying her body back

But, once come, I’ve fallen asleep putting my hands on your breasts
              and my bullet-pierced sister has fallen asleep in you and
               a solar-jungle is emerging out from her sleep;
Trees are raising their heads; so are the animals and birds

And continuously bowing down my head, I am immersing myself
             in the clay— in a submerged bloody jungle—
Putting my fingermarks on your breasts
                leaving you as an eye-witness—oh, you matricide!

 

 

 

Histoire de la Jungle

 

 

 

Chaque fois que j'entends rugir une tigresse,
                              Je pose mes mains sur tes seins

Je me sens étranger ;
                 Dans une forêt sans protection
                                de l'autre côté d'une frontière indécise ;
Laissant le corps de ma soeur percé d'une balle
                                                                              pendu aux barbelés -
Je suis venu rassembler les cartes routières
                                                  pour ramener son corps

Mais une fois rentré, je m'endors, les mains sur tes seins
                et ma soeur percée d'une balle est endormie en toi et
                une jungle solaire émerge de son sommeil ;
Les arbres dressent leurs têtes ;  comme les animaux et les oiseaux

Et tête basse, je me plonge
              dans la glaise – dans une jungle inondée de sang --
laissant l'empreinte de mes doigts sur tes seins
              t'appelant comme témoin oculaire – ô, toi, matricide !

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Mirror

 

 

 

The vesper diminishes in the mirror
             when fever comes without any shivering;
On top of that the mercury leaps high and,
            in delirium, distorts the landscape and identity of the father

Your dearest kid, crawling, come to you
You had given birth to him in the open market at the budget
                                                                       of a leap-year
Ah! Why he resembles me today
                                    in the mirror

Putting a mirror on your navel I will see myself once again
                                              I may deserve this much spirituality
But in the mirror, I find, instead of my own face, the glossy third world
                that remains standing with numerous orphanages
Each orphan has a wooden donation box in his hands

You donate uterus and I collect sperm
Thus, age after age we give birth to each other;
                               never  blame you alone

But if fever comes without shivering but the vesper shivers
Don’t look for my birth-mystery, oh mother,
                                          in the sins of a bastard mirror

 

 

 

Miroir

 

 

 

Vénus diminue dans le miroir
et vient la fièvre sans tremblement et le mercure  monte haut et,
           dans le délire, déforme le paysage et l'identité du père

Ton plus cher enfant rampe vers toi,
Tu lui as donné naissance sur le marché libre
                             grâce au budget d'une année bissextile

Pourquoi me ressemble-il aujourd'hui dans le miroir

Posant un miroir sur ton nombril je me verrai de nouveau
                                            J'ai droit à cette spiritualité
Mais dans le miroir, au lieu de mon visage,  je trouve le tiers monde glacé
                              dressé là, toujours,  avec tous ses orphelinats
Chaque orphelin a dans les mains une boîte d'offrandes en bois

Tu donnes ton uterus, et je recueille du sperme
Ainsi, sans cesse, nous nous engendrons mutuellement ;
                                Sans jamais te blâmer

Si la fièvre revient sans tremblement mais que tremble Vénus
Ne cherche pas le mystère de ma naissance,
O mère, dans les péchés d'un miroir bâtard

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Performance

 

 

 

Spread the fire in winter vegetables
                            at the obduracy of a broken-horn buffalo,    
Let it burn the cigar of the middlemen,
                         tip for truck-drivers and
                         the blurred face  of farmer’s wife
                                               that emerges out piercing the thick fog

Take a snap

The dance is yet to be finished;
                following its moves sing a song—ecologic
                                    in theremixed sites of prayers

Oh! the paddy-lifter girl!
I had extended my hands to your abdomen and collected
Your pubic hair that is constantly complicated like the poverty-line
This country will offer me a befitting reception for that
Already asked me to spread the fire,
                                 take a snap,
                                 dance and
                                   sing following the sharia law

But I am still waiting at the bottom of your abdomen
I am that wound, oh girl, of your old memories left in the paddy field

 

 

 

Représentation

 

 

 

Répand le feu dans les légumes de l'hiver
                                avec l'obstination d'un buffle à corne brisée,
Laisse-le tout brûler - cigare des intermédiaires,
                               pourboire des chauffeurs routiers et
                               le visage brouillé de femme de fermier
                                                 émergeant de l'épais brouillard qu'il perce

Prends une  photo

La danse doit encore finir ; dans les sites de prières remixés
                 suivant ses mouvements chante un air – écologique

O, la cueilleuse de riz !
J'ai tendu les mains vers le bas de ton ventre et cueilli
ta toison pubienne, inextricable comme le seuil de pauvreté
Ce pays me fera bon accueil pour cela
On m'a déjà demandé de répandre le feu,
                           prendre une photo
                           danser et
                           chanter selon la charia

Mais j'attends toujours tout au bas de ton ventre
Je suis cette blessure, o jeune fille, de tes vieux souvenirs laissés dans la rizière

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

Executioner

 

 

 

See you in my dreams only

You grow capital crops in the shade of vegetable garden
Parents of missing-girls in fair come to buy that every day
But can’t afford
You demand so high a price
Difficult to touch it in their life-time

Why don’t you put off your mask even in the dreams

The sun melts itself green-cold; the sweet sun-drink is sold
         on the road where the girls have assembled nude today
                  to celebrate the vegan day
Their faces are covered with your masks only

How far the civilized human beings will go without killing animals
How many days man will remain human without killing man
Uteruses of vegan girls swell with so many questions like these
In their swollen uterus fetuses sleep like a question mark

Will they be born in the field of capital crop in the shade of vegetable garden

See you only in dreams
Otherwise I could only see you in the night of the capital punishment 

 

 

 

Bourreau

 

 

 

Je ne te vois que dans mes rêves

Tu fais pousser des cultures de profit sous ton potager
Les parents de celles qui disparurent au marché viennent chaque jour acheter ta récolte
Mais n'en ont pas les moyens
Tu demandes un tel prix
Qu'en toute une vie ils ne pourraient te le payer

Pourquoi n'ôtes-tu pas ton masque, même dans les rêves

Le soleil fond, comme la glace, et la boisson de doux soleil  frappé est vendue
           à l'angle des rues où les filles se sont assemblées nues aujourd'hui
                       pour célébrer la Journée Mondiale Végétalienne
leurs visages seuls sont couverts de ton masque

Jusqu'où ira l'homme civilisé sans tuer d'animaux
Combien de temps restera-t-il humain sans tuer un autre homme
L'uterus des jeunes filles veganes s'enfle de ces questions
Dans leur uterus gonflé dorment des foetus en points d'interrogation

Naîtront-ils dans des cultures de profit  déguisées en potager

Je ne te vois que dans mes rêves
Sinon nous nous serions rencontrés dans la nuit de la peine capitale

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

Forgiveness

 

 

 

Forgiveness is an extraordinary game
I don’t know even the rules to play it
Have you ever tried to teach me—I can’t remember though
Which I can only recollect: if I would have been forgiven by somebody
              I would ask for one or more lives for me to learn
              few games of forgiving or not-forgiving

 

 

 

Le Pardon

 

 

 

Pardonner est un jeu extraordinaire
Je ne sais même pas comment on y joue
Avez-vous jamais tenté de me l'enseigner – je ne m'en souviens plus
Voici ce dont je me souviens  :
si l'on me pardonnait
                 je saurais comment vivre à nouveau  pour apprendre les tours
                 afin de pardonner ou pas.

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

Navel

 

 

A snake lies down, encircled,
in your navel
A snake lies down, encircled,
in my navel
They will sleep that way
Whole winter and summer--
Until I wake your snake up
With my finger
Until you wake my snake up
With your finger

After they wake up
They will be taken aback for once to see each other
Then, as if to correct a mistake of the previous lives,
The snake of your navel will come and
Lie down in my navel
The snake of my navel will go and
Lie down in your navel

Since then, through winter and summer,
They will be sleeping like that
Only to safeguard skeletons
                  of our several previous lives

 

 

 

Nombril

 

 

 

Un serpent dort, enroulé,
dans ton nombril
Un serpent dort, enroulé,
dans mon nombril
Ils dormiront ainsi
Tout l'hiver et l'été -
Jusqu'à ce que je réveille ton serpent
Avec mon doigt
Jusqu'à ce que tu réveilles mon serpent
Avec ton doigt

Une fois réveillés
Ils seront d'abord surpris de se voir
l'un l'autre
Puis, comme pour corriger l'erreur de précédentes vies,
Le serpent de ton nombril viendra
Se coucher dans le mien
Celui de mon nombril ira
se coucher dans le tien.

Dès lors, tout le long des hivers et des étés,
ils dormiront ainsi
Juste pour préserver les squelettes
                              de nos  vies précédentes

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

Commune

 

 

 

One hand at your mouse, another at your button
And the remote control on the pillow

This is our 21st century
This is our closest universe

This story is not of incest
But PC*, you are the only hope
At every click, net and internet
Colonial cousin poke; inter-racial at chat-rooms
Who speaks, once is visible, next time not

The house you built in the blank I can touch it once but next time can’t
In spite, sacred moaning keeps me meditated
hardcore loneliness encapsulates primitive myths in the emotins
Fake ID smashed silicon and bring pure orgasm

PC, future is emerging by opening and pressing your button
Robot god complete his masturbation; goddess watches it all through videocam
She has also your mouse at her one hand while another hand at your button
The fetish angels are trembling within her two lips;
Firewalls are shattered at memory-less vibrators--
                                thus open thousands of risky free zones

At every home, PC, thus awaken is our solitary commune  

 

 

 

Communauté

 

 

 

La souris dans une main,
ton  bouton dans l'autre et
la télécommande sur l'oreiller

Voici notre 21ème siècle
Notre plus proche univers

Ce n'est pas une histoire d'inceste
Mais PC*, tu es le seul espoir
A chaque clic à travers net et internet
Les cousins coloniaux se pokent  : interracial dans les chat-rooms
Qui parle, parfois visible, parfois non

La maison que tu as bâtie dans l'espace, parfois je peux la toucher et parfois non
Malgré cela le mugisssement sacré me laisse pensif
la solitude du hardcore encapsule des mythes primitifs dans les émoticons
et un faux ID porte à un pur orgasme

PC, l'avenir se déploie en ouvrant et pressant ton bouton
Le dieu robot finit sa masturbation : la déesse regarde tout cela à la videocam
Elle aussi a ta souris dans un main et l'autre sur ton bouton
Les anges pervers tremblent entre ses lèvres :
Les pare-feux se brisent sous les vibrations sans mémoire -
ouvrant ainsi des milliers de zones de risque.

O, PC ! Dans chaque foyer, c'est ainsi que s'éveille notre solitaire communauté

 

 

 

 

(* PC – Personnal Computer. Le son de PC est presqu'identique au mot bengali Pisi, signifiant “oncle paternel”)