Matières premières

 

arbre
bras
bouche entière
multiples poses
du même mouvement
dans la raréfaction
de l'air environnant
poussant aux extrêmes
arbre
espace de temps
lentement décuplé

 

 

l'arbre n'existe pas
sans la feuille
même par elles
déserté
ou dans leur opacité
reclus
il est par elle
croissance lente

 

 

l'arbre s'élève
tel une racine
abusée
qui s'est dotée
de broussailles
pour masquer
l'erreur de sa quête

 

 

chaque nervure
est dans la feuille
comme dans l'image
après mûres réflexions
ainsi devenues
ventouses âpres
dans le choc démultiplié
de l'oxygène
qui les gavent
l'arbre est
la synthèse
de leur faim

 

 

le sol est vide encore
en attente des ondées du feuillage
en suspens
c’est automne
dans les arbres ignorants
cadavres flamboyants
d'aube