Le bêtisier tic-tac

 

Mal à rebours de mémoire
Le corps comme une horloge
Scrute la divine parole qui s’effiloche
Sous le tic-tac des gestes de l’enfant
Enfance ma foi
A défaut du Messie invitant tous les petits
J’ai suivi ses pas
Sur les venelles de l’Innocence
L’eau vive coulait sous nos pieds
Emportant nos rires à califourchon
Vers des contrées à la peluche d’ours
Temps pendu comme un souffle
Sur les venelles de l’Innocence
J’ai troqué la parole du Messie
Contre l’obole d’un sourire
J’ai entonné l’hymne du vent
Pour remodeler les couleurs
Sur la litière des effluves
Mes pas dans les siens
Dans un itinéraire sans fin
A rebours du sablier
Mais les fleurs ont viré, mon p’tit frère
Du violet de tes yeux à la carnation fauve
Du temps qui fuit
Les fruits ont mûri
Sous les sanglots du désir
Et ma foi est morte au tic-tac de l’horloge
Qui jauge ton éveil
O doux Messie
Faut-il dire merci
Ou merde…