Forêts

 

Forêts drapées dans un silence redoutable
aux orées, je fais taire mes soucis implacables
Vos odorants ombrages aiguisent mes caprices
et je déchausse, aux seuils des clairières, mes supplices
Forêts où l’on détecte les mystères du vieux monde
Forêts où l’on n’entend plus les paroles immondes,
votre éther est le fioul consommé par mon cœur
Faisant le plein, je me défais de toute rancœur
Forêts aux étreintes enivrantes et savoureuses
Patries natales des âmes pacifiques et rêveuses
votre abondante faune est un recueil de poèmes
accessible à tout cœur qui fait face à lui-même
Forêts interlocutrices discrètes et soumises
vous enflammez mes songes par votre beauté exquise
Gardez souvenance des cœurs gravés sur vos chênes
saignants et meurtris par la barbarie humaine.