PRECIEUX CYPRES

 

J’attrape au si près  précieux
L’enlaçant lacis de tes yeux…

A l’étonné regard
J’énonce sans fard
La tardive doxologie
De l’âme endolorie
Qui, dans un soupir soyeux,
S’éveille à son envie.

Sous les sévères pins blafards
S’ébroue des feintes, sans égards
Pour l’émacié passé des jeux
Aux contraintes alourdies,
Extraite des cloaques bilieux,
L’âme, l’ange aux cent milles yeux.