Rue de Verneuil

 

Un piano retentit
mais il n’est que dans les têtes
Une nuit féérique,
rue de Verneuil, s’apprête

L’artiste disparu
à l’aube d’un printemps
L'Écorché vif
dans ses tourments
Et rien n’a changé,
il est là, je l’entends...