Crépuscule

de : 

 

Usine de Faïence Royal-Boch
La Louvière

 

Un reste de lumière s’écrase
s’écrase contre les nuages un
reste de façade écrasée là
stoïque un reste de lumière
s’écrase verres poussières des
restes en face de la gare
du centre gare des souvenirs
il faut trébucher et enjamber
les murs aveugles les bâches bleues
les restes et les lumières écrasées
filtrées par une mer de faïence
brisée écume de plâtres abon-
dons des terrains vagues de
l’histoire marche du vide négligeant
se jonchent par tas et tas et
écrasées assiettes bris poussières
soleils noyés soleils mordus tasses
et l’humanité perdue de ses gestes
une porte posée contre l’oubli
ralentit la lumière qui s’écrase.