Fleurs de moisissure

 

C’est avec l’ongle que j’ai écrit tout cela.
Dans l’enduit d’une niche à la vide paroi,
Dans l’obscurité, solitaire,
Voyant mes forces se défaire,
Oublié du taureau, du lion, de l’aigle salvateurs,
Qui prêtèrent aux rédacteurs
Luc, Marc et Jean, un soutien fidèle.
Ce sont des rimes inactuelles
Des rimes de tombeaux,
De grand’soif d’eau,
Et de grand’faim de cendre,
Ces rimes que l’on va entendre.
Lorsque mon ongle angélique s’est émoussé,
Je l’ai laissé repousser,
L’onglée n’est pas revenue –
Où ne l’ai-je pas reconnue ?
Il faisait noir. La pluie battait au loin.
J’avais si mal, je ne pouvais serrer le poing,
Mes doigts étaient comme des griffes croches.
Et je me forçai à écrire avec les ongles de la main gauche.