EPITHAPHEÏON

 

Je fus poète                   Si tu viens pour prier           Si vous voyez mon chat                  
Qui le saura                   Qu’il te suffise de rire           Ne le chassez pas d’ici !
Ca ne fait rien                Pour te moquer de toi          Je n’ai rien d’autre à dire
Je fus poète                   Si tu crois les prières

Elle éleva seule              Fonctionnaire général         Vous m’avez vu écrire
Ses trois enfants            Des impôts, ma place          Et cessant d’écrire, la
La misère seule              Ne devrait pas être ici         Mort a choisi pour moi
Resta un amant

J’étais ton épouse          Même cette pierre                J’ai connu Alexandre le
Fidèle, ton esclave         J’ai dû l’emprunter                Grec. Alexandre le Grec 
Soumise: me voici          C’est pourquoi mon              M’a-t-il connu ? La mort
Jalouse la mort est         Nom n’y figure pas                Seule gardera le secret
Une femme qu’on
Dit de mauvaise vie

 

Il était pauvre                   Si cette tombe paraît            A voir tant d’hommes
Et vieux, il respectait        Si petite c’est qu’une            En tuer tant d’autres
le vin, plus que le vin        Petite fille voulait sa             Il tua Dieu puis se tut
ne l’a respecté                  Poupée à côté d’elle

 

Maîtres éclusiers et           Démétrius n’eut que            J’ai demandé que l’on    
Gardiens de phares           Des filles c’est donc             M’oublie; c’est inutile!
Ont disparu ; je suis           La dernière fois que             Ici, la mort ne célèbre            
Venu pour être seul            Vous verrez ce nom            Jamais qu’elle-même!

 

Passants ne pleurez          J’allais sur les 100                Je fus soldat et
Pas ! Trois fois je fus          Ans et fis tailler ce                J’avais 20 ans : mères
Marié. Enfin, plus de           Marbre mais je ne                 N’enfantez pas
Mots, sauf le dernier           L’ai pas vu achevé

 

Invisible en vivant               Ne passez pas                      Ce fut une belle fête
Voici qu’on s’arrête             La frontière il n’ya                  Qui dura longtemps                     
Pour relire qui est                Rien à voir, tout                     Puis ce fut la gueule
Cet homme inconnu            Est ici devant vous                De bois pour toujours